L'essentiel à retenir sur le système antipollution

La norme Euro 6 impose que tous les véhicules en circulation depuis septembre 2015 soient équipés d'un système anti-pollution. Cet appareil contrôle la libération de gaz nocifs. En cas d'émission supérieure au seuil autorisé, le conducteur est alerté par des témoins lumineux. Voici les explications.

Le système antipollution intervient dès que le carburant est brûlé.

Dispositif de diagnostic embarqué, ou OBD, le système de contrôle des émissions surveille le taux de gaz nocifs émis par le moteur. Les mesures sont prises dès que le combustible est brûlé. Les voitures essence et diesel sont équipées de capteurs. Ces derniers vérifient le bon fonctionnement des différents composants du moteur. Il y a toute une série qui commence avec le PMH. Ce capteur situé sur le vilebrequin calcule le régime moteur. Il adapte l'injection en conséquence. Le moindre souci concerne le catalyseur. Ensuite, il y a l'analyse de la pression atmosphérique. Le dosage doit être optimal pour moins contaminer. La température du liquide de refroidissement est également surveillée. Cela permet au moteur de conserver un bon comportement tout en réduisant la consommation. La sonde lambda à oxygène mesure le niveau de molécules d'O2 dans les gaz d'échappement. Il s'agit d'un composant important qui a pour fonction de réduire la quantité de carburant brûlé, notamment au ralenti.

Le traitement se poursuit avant l'évasion.

Le système d'émissions comprend d'autres capteurs à l'extérieur du bloc moteur. Pour les voitures à essence, par exemple, l'oxygène est vérifié après la sortie du catalyseur. Pour les véhicules à moteur diesel, il y a le capteur de pression différentielle. C'est elle qui s'assure du bon fonctionnement du filtre à particules. Lance l'alerte en cas de surproduction d'oxyde d'azote (NOx). Bien connue des influenceurs férus de mécanique, la vanne EGR redirige une seconde fois les gaz d'échappement vers la combustion. C'est un moyen de réduire les émissions à un niveau conforme à la norme euro 6. Lorsque le système de contrôle des émissions tombe en panne à ce niveau, l'admission est perturbée et peut causer d'autres problèmes. Quoi qu'il en soit, il faut faire attention aux différentes LED. Le voyant de dysfonctionnement ou MIL est symbolisé par l'image orange du moteur. Il y a aussi l'EPC qui contrôle électroniquement le bloc.

Les différentes significations des lumières.

Un système de contrôle des émissions défectueux s'exprime de différentes manières. Si le voyant clignote, le problème vient du convertisseur catalytique. Il est nécessaire de se rendre rapidement dans un garage pour éviter un incendie ou une panne majeure. Si le symbole du moteur reste allumé, il y a un problème avec l'ensemble du système de gaz nocifs. En plus d'émettre des particules dangereuses, la voiture subit une baisse de performances. Les éléments mécaniques peuvent inexorablement se détériorer. Ensuite, il sera nécessaire de soumettre la voiture à un diagnostic complet. Le mécanicien dispose d'un équipement capable de retrouver l'origine du signal en se connectant à l'ordinateur de bord. Une lumière orange qui clignote de manière erratique est problématique. C'est aussi le signe qu'une refonte s'impose. Un système de contrôle des émissions défectueux peut échouer au contrôle technique.

Laisser un commentaire